Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le plaisir de courir, courir pour vivre de plaisir
  • Le plaisir de courir, courir pour vivre de plaisir
  • : Mes entraînements, compétitions et autres souvenirs.
  • Contact

 

Blog_certifie_Runnosphere_200_pixels

 

 

  colloque internet

  Un clic sur les images

Logo SDPO-mag Internet

 

trailball notice (Small)

 

Recherche

28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 00:10

affiche

 

5h30 Dur dur le réveil Mais y a pas, faut se lever J'ai nettement moins mal partout,  alors c'est décidé, je vais prendre le départ de ce Maraisthon, pour 10 km ou bien une seule boucle du parcours marathon.

La veille nous avions étudié les parcours que j'avais imprimés.

(un clic pour agrandir)

10km-Parcours-2011

 

Marathon-Parcours-2011-mini

Nous prenons notre petit déjeuner habituel et en route pour Coulon

 

7h15 Nous arrivons et nous garons dans le grand champ prévu pour les participants, nous sommes guidées par des bénévoles, comme ça pas de places perdues. Il y a déjà pas mal de monde d'arrivé. Nous allons vers le village pour une pause pipi et ensuite un petit tour sur le début du parcours avant de nous mettre en tenue. Le soleil est là mais ce n'est pas encore la grosse chaleur

DSC02000 (Small) DSC01999 (Small)

DSC02001 (Small) DSC02002 (Small)

DSC02003 (Small) DSC02004 (Small)

 

8h00 Nous sommes prêtes. Merci encore à la personne qui a accepté de nous prendre en photo avant que je ne parte pour un court échauffement.

DSC02005 (Small)

Je vais trottiner à peine 10 minutes, pas envie de trop fatiguer ma jambe droite La gêne sur le côté de mon genou est à peine perceptible, mais j'ai décidé de courir en endurance avec la méthode Cyrano en alternant 9' de course et 1' de marche. J'ai prévu mes ravitaillement comme d'habitude (sucre tous les 5 kms et gel au km17), et j'ai pris en plus une petite bombe de froid pour appliquer sur mon genou toutes les heures, pour le cas où je me sente assez bien pour ne pas attendre Nadine à la bifurcation du 10 km.

DSC02007 (Small) DSC02009 (Small)

DSC02012 (Small) DSC02013 (Small)

L'animateur convie les meneurs d'allure à se présenter au départ. Mais apparemment seul celui pour 3h30 est équipé d'un ballon de meneur, je n'en vois aucun autre flotté dans l'air.  Mais bon, aujourd'hui je n'en ai pas besoin

Nadine me retrouve juste avant que le départ ne soit donné.

DSC02010 (Small)

 

8h30 Le départ est donné. Je marche comme beaucoup juste avant de passer la ligne de départ et c'est parti. Je me suis pourtant placée assez en arrière mais il y a du monde derrière moi et ça me dépasse, ça me dépasse Une fois quitté le centre ville, seulement une poignée de coureurs me suivent, ça me fait bizarre

Nous repassons par le départ sous de nombreux encouragements, et ensuite à droite pour une grande boucle dans le marais poitevin. Je profite de mes pauses de 1' pour prendre des photos et même entre temps puisque je n'ai pas d'objectif chrono, je fais la touriste

Devant moi se trouvent un binôme de marcheurs athlétiques, ils marchent aussi vite que moi je cours et puis derrière un binôme de féminines qui vont papoter tout du long

 

Après 3/4 d'heure de course, nous arrivons à la bifurcation pour le 10 km. J'hésite quelques secondes et puis finalement je me décide pour le semi. Ma jambe droite n'est pas encore ankylosée et je ne ressens pas de douleur dans le genou, alors on verra bien jusqu'où je tiendrai

A part les bénévoles sur le parcours, il n'y a pas foule pour nous encourager, mais cela ne me gène pas. Je profite du paysage. Malgré la sécheresse, c'est tout de même très verdoyant. Je passe au km10 en 1h08 soit une moyenne de 8,8 km/h. Là je sens que ma gambette s'alourdit. Je n'ai pas mal au genou, je ne mets pas de froid comme prévu. C'est après environ 1h20 de course que je vais laisser les 2 marcheurs s'éloigner, au moment nous traversons une usine sous quelques gouttes de pluie. Le parcours est bien plat, mais avec pas mal de petits ponts pour enjamber les conches

Je passe au km15 en 1h44 (8,6 km/h) et c'est le début de la douleur dans le genou donc là je mets un coup de froid. Peu de temps après il y a un pont et dans la descente je sens la sens bien. Je papote un peu avec une féminine qui va me dépasser. A partir de là, chaque petite descente de pont sera difficile, surtout celui au tapis vert sur le passage de bois et la passerelle à la fin pour enjamber la Sèvre Niortaise C'est à partir du km17 à 1h58 de course (8,6 km/h), et oui je m'y attendais, que la douleur dans le genou se fait beaucoup plus sentir et je fais plus de pauses. Je refroidis à nouveau et je prends mon gel.

Nous passons près du camping l'Ilot du Chail et traversons le village de la Garette, à la sortie duquel le duo féminin va finir par me dépasser, après le km18 et 2h10 de course. Maintenant je décompte les kilomètres et je prends surtout en compte ceux pour la deuxième boucle, comme si je terminais le marathon Je suis à la limite de boîter et nous arrivons sur un passage tout en traverses de bois, ça c'est pas le top pour mon genou Je passe le km20 en 2h22 (8,5 km/h). Je me rends compte que depuis un moment je me rapproche d'une coureuse en rose, elle doit avoir un problème car je ne l'avais pas vu devant moi jusque là... Je vais mettre 9'24 pour atteindre le km21  faut dire aussi que je prends mon temps de boire à chaque poste de ravitaillement Et je ne peux plus courir dans les descentes des ponts, ça fait trop mal Et puis juste après avoir passé la botte de paille du km21, virage à gauche et surprise dans la rue, le chrono du semi

DSC02139 (Small)

Je vais bientôt pouvoir soulager mon genou Je rattrape la féminine en rose qui me dit avoir très mal aux jambes et qu'elle aussi va abandonner à la fin de cette boucle. Je coupe après le km42 pour rejoindre directement l'arrivée, sans faire la petite boucle dans la campagne. Tout le monde nous encourage, mais pour nous c'est terminé Nous nous renseignons pour savoir comment signaler notre abandon, mais apparemment rien à faire de spécial. Nous déposons donc nos puces dans la boîte prévue à cet effet.

Je trouve ça très bien comme système.

DSC02008 (Small)

Il y a un truc que je n'arrive pas à comprendre...c'est pourquoi dans les courses natures, les coureurs jettent leurs gobelets en visant bien les poubelles alors qu'en ville, même s'il y en a, il y en a plus par terre que dedans Ici pas une saleté sur le parcours

DSC02063 (Small)

DSC02145 (Small) DSC02146 (Small)

Je prends une petite collation et je retrouve Nadine qui a terminé son 10 km en 1h01'53 (temps réel), mais d'après elle la distance était un peu plus courte que 10.

Bravo quand même  C'est mieux que moi 

 

Relevé de mon cardio 

Temps Distance km Vitesse km/h FC Moy / Max
  2h42 22,8
  8,4

  152 / 169

 

Nous demandons à l'organisateur si je peux tout de même avoir la médaille au lait d'ânesse malgré mon abandon au semi. "Mais bien sûr !" dit-il.

Merci Mme la Bénévole

DSC02148 (Small)

DSC00176--Small-.JPG

 

11h30 Nous retournons à ma voiture afin que je me change après une toilette de chat à la lingette. Nous papotons avec un voisin (de parking) marcheur qui a fait le parcours en sens inverse pour croiser sa femme qui participait marathon, et qui est une coureuse d'ultra avec dernièrement un 24h

 

12h15 Nous retournons vers le village car j'aimerais bien saluer Karim Mosta, dont j'ai fait la connaissance aux Foulées de la Soie en 2008, et qui était meneur d'allure en 4h sur ce marathon. Nous pensions avoir manqué son arrivée, mais non, en fait il a aidé une personnne à finir et c'est pourquoi il a mis quelques minutes de plus.

DSC02151 (Small)

 

Même si j'ai souffert durant les 4 derniers kilomètres, je ne regrette pas d'avoir fait ce demi marathon. C'est un beau parcours, une belle organisation avec des bénévoles sympathiques et souriants. Le tout avec une bonne météo même si ce n'était pas tout à fait aussi beau que les prévisions. Je pense que j'y reviendrai à ce Maraisthon, si ma jambe droite retrouve la forme pour courir plus de 2h30

 

12h45 Nous partons vers l'embarcadère Prada pour savoir vers quelle heure nous pourrons faire notre promenade en barque. Dans un premier temps on nous dit pas avant 17h et après discussion, le monsieur finit par nous caser sur une barque pour 14h. Nous serons gagnantes du coup car ce sera 1h30 au lieu de 1h

Alors en attendant nous finissons notre en-cas au bord de la Sèvre Niortaise, avec étirements et petite sieste

DSC02154 (Small)

DSC02155 (Small)  DSC02157 (Small)

 

Juste avant cette photo je marchais à cause de ma douleur dans le genou,

je me suis remise à courir quand j'ai vu le photographe

Merci pour ce cliché

Maraisthon2011-DEDIEU-266.jpg

 

Pour voir le parcours en images, cliquez sur cette photo

DSC02152 (Small)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Publié par Sylvounette - dans Marathons
commenter cet article

commentaires

ZAZA 28/06/2011 21:12



Très beau cliché de toi en courant...



Nadine 28/06/2011 17:54



tu as eu raison d'aller au bout de tes sensations et en plus ton parcours est beaucoup plus joli que le mien plein de bitume!! et la photo de fin est magnifique tu pourrais la faire agrandir.
bizz



mariecke 28/06/2011 13:20



alors comme ça toi aussi tu transformes les marathons en semis


c'est déja bien avec ta douleur au genou ! En tout cas soigne toi bien pour que ça n'empire pas et sans doute te faut il un petit moment de repos


Bonne récup



Sylvounette 28/06/2011 15:14



 


Merci Mariecke


Oui j'attends demain matin pour savoir ce que je dois soigner comme mal



Racoon 28/06/2011 08:03



Ben dis donc! Entre tes bobos au genou et ton accident, c'est l'été des misères!!


En tout cas il faut un bon moral pour partir sur une course, en sachant que tu n'irais pas au bout et que tu vas avoir mal!! Mais je sais pas si je le ferai...


Mais c'était aussi l'occasion de passer un bon week-end, et ça au moins tu as réussi.


As tu neuf pour ton genou? J'espère que ce n'est qu'une tendinite. Bon courage et bonne continuation.



Sylvounette 28/06/2011 10:14



 


Merci Racoon


Oui c'était pas facile comme décision mais de savoir que j'avais 2h devant moi sans la douleur, c'était déjà bien et ça m'a fait une belle sortie longue.
De plus sachant maintenant que je dois passer une écho avec cette douleur pour faciliter le diagnostic, je n'ai vraiment aucun regret. Et le paysage ça aide à oublier un peu, tant que c'est
supportable



Luc Levesque 28/06/2011 01:49



C'est original cette médaille. Tu as bien fait d'écouter ton corps pour ne pas trop faire souffrir ton genou. Bien gérer ta course également.



Sylvounette 28/06/2011 10:07



 


En plus elle sent très bon cette médaille