Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le plaisir de courir, courir pour vivre de plaisir
  • Le plaisir de courir, courir pour vivre de plaisir
  • : Mes entraînements, compétitions et autres souvenirs.
  • Contact

 

Blog_certifie_Runnosphere_200_pixels

 

 

  colloque internet

  Un clic sur les images

Logo SDPO-mag Internet

 

trailball notice (Small)

 

Recherche

26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 17:00

undefinedimanche 16 octobre 2005, marathon de Vannes.

Je suis arrivée la veille par le train, mon premier voyage en TGV !. Je me suis rendue à pied à l' hôtel La Marébaudière , où j'avais réservé une chambre, après avoir un peu tourné en rond pour trouver le bon chemin. Pour mon repas du soir je n'ai pas mangé des pâtes mais une énorme et succulente pomme de terre dans un tout petit restaurant "La Pomme de Terre Gourmande". Je me suis régalée d'une Samba aux St Jacques !

Pour ce marathon j’ai testé la recette du gatosport de cjdj (rubrique alimentation du forum de JI). La recette est toute simple et facile à réaliser et le résultat délicieux et très digeste puisque je n’ai eu aucun problème durant ma course. Par contre ça cale bien et je n’ai pu en manger qu’un tiers au lieu des ¾ ! Maintenant est-ce que ce gâteau m’a mieux réussi que mon petit déjeuner habituel, là je n’en sais rien………

Donc lorsque je suis arrivée aux remparts, lieu du départ, il y avait déjà une bonne animation étant donné que se préparaient les concurrents aux 13km des Foulées du Golfe, ½ h avant le départ du marathon.
Un feu d’artifice a été lancé du haut de la Tour du Connétable juste avant le coup d’envoi du marathon, c’était super !
Le départ donné j’ai suivi de loin l’allure du lièvre en 3h45, mon objectif étant entre 3h50 et 3h55 (mais sans certitude car à l’hôtel un breton m’a dit qu’on ne pouvait pas faire une performance sur ce parcours). Et puis rapidement le lièvre des 4h00 est arrivé à ma hauteur alors que mon allure était déjà trop rapide, alors cela m’a un peu perturbé mais je suis restée au même rythme. Puis les 4h00 ont ralenti et je ne les ai pas revus jusqu’à ce qu’ils me repassent mais je n’ai aucun souvenir du kilométrage. Toujours est-il que j’ai passé le km10 en 54min59, le km15 en 1h22min et le semi en 1h57min25, et jusque là beaucoup de monde avec deux passages très étroits qui obligent à s’arrêter. Ensuite la portion entre le semi et le départ nous fait passer dans la vieille ville et là montée avec pavés ! Jusqu’au 25ème passé en 2h14min ça allait et c’est ensuite que ma vitesse en a pris un coup (vu mon départ trop rapide) et d’autant plus que l’on arrivait vers la mer et qu’il y a eu du vent (qu’il n’y avait pas au premier tour) ! Km30 2h45min, km35 3h17min, km40 3h55min et là je me suis dit qu’il fallait que je fasse aussi bien que mon
premier marathon (4h10) mais à ce niveau du parcours cela montait donc difficile de pousser sur mes jambes ! C’est à partir du km41 que j’ai pu le faire car on approchait du stade Kercado lieu de l’arrivée. Km 42 en 4h08min13 sur le stade, et ensuite mes jambes ont retrouvé de l’énergie je ne sais où et j’ai passé la ligne en 4h09min11 à mon chrono et j’ai pu entendre l’animateur cité mon nom et ma ville à mon passage. C’était super , d’ailleurs tout le long du parcours c’était super de s’entendre encourager par son prénom (inscrit sur le dossard) alors que l’on ne connaît personne dans cette ville !

Par contre c’est la première fois que j’attends avec impatience chaque point de ravitaillement car hélas pas de bouteille mais des gobelets qui m’ont obligée à marcher pour ne pas perdre une goutte d’eau ! moi qui suis habituée à boire tout au long d’une course, j’ai souffert de ce point de vue là. Surtout sur le dernier ravitaillement où j’ai eu peine à redémarrer avec le vent !
La prochaine fois je m’arrêterai pour faire remplir ma bouteille perso que j’ai économisé et qui m’a duré les 42kms, alors qu’habituellement je bois plus de la moitié de cette bouteille entre chaque ravitaillement et j’en reprends une.

Enfin c’est un beau parcours, surtout en bord de mer, les animations et les bretons étaient très présents et cela aide bien.
Après un peu de repos, j’ai fait une petite visite de la vieille ville où le calme était revenu. Ce n’est que tard le soir que j’ai ressenti la fatigue dans mes jambes, quelques courbatures le lendemain matin mais qui ne m’ont pas empêchée de regagner la gare à pied ! (30 minutes). Et ce soir ça va, je n’ai pratiquement plus mal aux pieds ni courbatures, juste une fatigue générale.

Le dimanche soir j'ai voulu retourner déguster une bonne pomme de terre mais c'était fermé, dommage !


 

 

undefined Résultats : 4h09min10, 38ème VF1 sur 77 arrivantes, 1289ème sur 1682 arrivants

 

c'est par ici

 

undefined

 

 

C'était mon troisième marathon qui est un parcours plus difficile que celui de Paris. D'ailleurs la revue Jogging International référence Vannes de difficulté niveau 1 sur 3, alors que Paris est de niveau 0.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Sylvounette - dans Marathons
commenter cet article

commentaires

siratus 02/08/2011 14:09



Merci.


Que vois-je à côté de ta signature ?  Je crois voir une sirène...


Gros bisous



siratus 02/08/2011 11:00



Le marathon du Golfe, une rude et belle épreuve ! En 2005, je n'avais pas encore de galère; dommage car nous aurions pu nous rencontrer; je t'aurais volontiers tendu des gourdes pleines; j'aurais
crié "Sylvounette" pour t'encourager... Tu reviendras par chez moi ?


Gros bisous



Sylvounette 02/08/2011 13:03



 


Oui je retournerai en Bretagne, mais quand, je ne sais pas
encore



Sylvounette 03/12/2006 23:00

D'accord ! En tout cas merci pour ta mémoire infaillible qui m'a permis de retrouver le nom de cette pomme de terre.

zaza 03/12/2006 21:41

La prochaine fois que tu participes à ce marathon je t'accompagne et on ira manger ensemble une bonne Samba..................