Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Sylvounette

imanche 28 juin 2009, Course de la Colline d'Elancourt, course nature/trail de 12 km.


Eh bien, pour ceux qui aiment les courses de côtes, je vous la recommande !

Diable, que de côtes sur 12 km et des bien raides ! ! !
D+ 280m, D- 270m, Dénivelé total 550m

 

6h45 Le réveil sonne, il fait beau donc c'est parti pour un bon petit déjeuner pour affronter cette colline d'Elancourt, ne sachant pas trop ce qui m'attendait......


8h15 Je prends la route avec mon GPS. Cela fait plus de vingt ans que je n'ai pas mis les pieds à Elancourt, la route a bien changé jusque là-bas et j'ai du mal à reconnaître le paysage !

En tout cas j'arrive au Complexe Sportif Europe sans me perdre. En plus arrivée à un rond-point il y avait des petits panneaux indiquant la course. Maintenant donc plus de stress !


8h45 Je vais m'inscrire et récupère un dossard avec la puce derrière, numéro 126. C'est là que je croise un crewer de l'ARP Guyancourt, je ne savais pas qu'il y participait.

Je consulte le parcours affiché, et je vois qu'en fait nous ferons deux boucles. Je me disais bien la veille, en repérant mon chemin sur le GPS, qu'il y en aurait forcément vu l'endroit où se situe cette colline. Donc nous passerons par deux fois chaque côte et même trois fois pour celle en direction de l'arrivée au sommet de la colline, en partant en plus complètement en bas !


9h05 Equipée de mon bidon d'eau, mes pastillles de sucre, je m'en vais repérer le parcours en suivant les flèches au sol.


Il fait déjà bien chaud, ça promet pour la course ! Le départ est situé au pied de la colline.


9h25 Je commence à m'échauffer tranquillement, mes jambes sont en bonne forme, heureusement vu ce qui les attend. Même au pied de cette colline le terrain n'est pas totalement plat. Je ne sais pas trop comment nous allons l'attaquer cette colline mais rien qu'en levant la tête vers son sommet, je me dis que ça ne va pas être du tout cuit ! Bon, le paysage est sympa, il y a de jolies fleurs champêtres


et j'ai vu que nous passerons près de beaux jardins.


20' puls 140/163 et 2,5 km, en finissant par quelques éducatifs.

Sur la fin de mon échauffement, je croise l'équipe de l'association Dunes d'Espoir, au profit de laquelle est organisée cette course.


9h45 Le départ est donné à la joélette.


En attendant le nôtre, je retrouve les crewers de l'ARP Guyancourt et nous papotons de nos chronos possibles......Ben moi vu toutes les côtes et la chaleur, je m'attends à être plutôt proche des 1h30 ! Et puis depuis Ambazac je n'ai pas refait de travail de côtes, alors je participe plus pour le plaisir de découvrir cette course et travailler ma résistance aux côtes !

Une petite photo avec les crewers car je ne pense pas les revoir à l'arrivée....



Le speaker annonce qu'ils nous ont mis des panneaux kilométriques " km nature ". C'est une bonne chose car ne connaissant pas le parcours, je pourrai mieux me repérer, surtout au deuxième tour.


10h00 Une minute de silence en hommage à des personnes récemment disparues, une bénévole et des coureurs, et le départ est donné. Pas de bouchon, y a pas foule, le chemin est assez large pour le début, mais devant ça part vite comme toujours.

Petit ralentissement en entrant dans la première partie boisée, le chemin est étroit. Quelques montées passées en courant, pour l'instant pas de difficulté jusqu'au km1 (6'32). C'est ensuite que survient la première côte bien raide qui mène au sommet de la colline, là tout le monde marche plus ou moins vite. Nous sommes bien encouragés par les bénévoles et supporters. Quelques foulées sur le haut de la colline et de suite nous redescendons par un chemin qui serpente, pas très large, mais j'arrive à passer quelques coureurs malgré tout. D'en haut la vue est magnifique.


Un court passage plat et de nouveau une côte bien raide, je marche, en haut c'est le km2 (6'49). Encore un peu de répit et nous arrivons devant la plus longue et raide côte du parcours, celle vers l'arrivée. Tout le monde marche, et c'est à ce moment que je fais remarquer à Mathieu, un des crewers, pourquoi je visais 1h30.....Au ravitaillement, une bénévole aussi crewer de l'ARP et faisant parti du club EASQY, me tend un gobelet de boisson énergétique. Je bois un coup, je prends une éponge dans un bac d'eau, une petite photo de la vue, et je cours vers la descente. Je me laisse aller en respirant bien. Là j'ai toujours Mathieu en ligne de mire. Puis vers le km3 (6'28) une longue montée en pente douce, et sur la gauche courte descente puis un large chemin qui nous mène vers la deuxième partie boisée après le passage des jardins.

Dans cette partie, les chemins sont étroits et le parcours bien vallonné, avec un joli passage de boue avant le km5 (passage à 33'33). C'est à ce niveau que Mathieu va me distancer car je vais perdre du temps à traverser, en essayant de trouver le meilleur endroit pour ne pas m'enfoncer. Et puis ensuite je ne vais pas chercher à le rejoindre, il fait trop chaud et il faut que je garde des forces pour les côtes à suivre. A la sortie de la forêt, direction la ligne de départ et c'est le km6 (passage à 41'53), c'est à nouveau plat pour le début de cette deuxième boucle. J'arrive à relancer un peu ma foulée.


Maintenant je vais finir cette course pratiquement toute seule. Les côtes sont un peu plus difficiles à gravir. Mais cette fois-ci j'ai la descente en serpentin pour moi toute seule, j'aperçois seulement un coureur rikiki déjà en bas ! Je passe au km8 en 56'14.....Waooh ! ça va être juste pour les 1h30 ! surtout que je commence à avoir bien chaud et que je dois me faire encore 2 fois la méga côte ! Quand j'y suis pour la 2ème fois, certains sont en train de finir et ils souffrent bien aussi. Je l'ai montée en 2 temps, en marche pas très rapide, bien contente d'arrivée en haut pour le ravitaillement. Cette fois-ci je remplis mon bidon, je bois un coup, mouille ma casquette et reprends une éponge (j'ai perdu l'autre en route). Puis la descente vers les jardins et le parcours boisé où chaque bénévole, qui nous indique le chemin, a un mot gentil pour nous encourager.


Après le 2ème passage dans la boue, une bénévole, placée en haut d'un raidillon au bord de la route, m'encourage et me dit qu'elle ne fait plus cette course car trop dure ! Elle préfère aider. Je lui demande si elle n'a pas un peu d'eau afin que je mouille mon éponge, hélas non ! alors tant pis je prends de mon bidon. Puis je rejoins la forêt, ça monte un peu et je sens que mes jambes commencent à bien câler. Et y a personne devant à qui m'accrocher.....Lorsque j'arrive au panneau du km11, je le prends en photo, il est 11h20, ça va être ric-rac mais reste plus qu'un kilomètre, ça devrait le faire.......


Hélas, le sloggan du panneau n'aura pas eu l'effet escompté. J'ai eu beaucoup de mal sur cette fin de parcours, je n'arrivais plus à pousser sur mes jambes dans les petites côtes et je suis arrivée en bas de la colline à 11h28. Là c'est sûr, je ne me voyais pas gravir environ 300m en 2' ! ! ! J'ai réussi à trottiner le début jusqu'à arriver au niveau des bénévoles qui m'encourageaient. Une petite pause photo du chemin qu'il me restait à monter, les bénévoles ont insisté pour me photographier avant de poursuivre difficilement mon ascension. Là j'ai repensé au coureur qui m'avait parlé lors du deuxième passage....il n'en pouvait plus.....j'étais comme lui largement 1/2h plus tard  ! Au sommet je reprends mon souffle , une photo et je sprinte, si je puis dire, vers l'arrivée.


Un bénévole enregistre ma puce, j'étais tellement out que je ne me suis même pas rendue compte qu'il l'avait récupérée derrière mon dossard.

Une bénévole me donne une rose, je récupère un tee-shirt de la course et je me dirige vers le stand collation. J'ai surtout soif, j'avais vidé mon bidon juste avant la dernière côte. J'ai mangé une banane et 2 quartiers d'orange, puis j'ai traîné un peu là-haut sur la colline en papotant.

Je ne me sentais pas de redescendre de suite !

Je consulte mon polar : 1h34'18 et 12,2 km.


J'ai donc ensuite repris le chemin serpentant, tout en ramassant des éponges, que je porterai à l'occasion dans mon ancien lieu de travail, où je sais qu'elles seront recyclées....

 

Ne me sentant pas encore mes jambes d'attaque à conduire, j'ai pris le temps d'aller me doucher. Pas grand monde dans le complexe, faut dire que j'ai dû arriver dans les derniers, et du coup j'ai eu un vestiaire avec les douches pour moi toute seule. J'ai même pris le temps de faire quelques étirements.

Ensuite je suis allée consulter les résultats mais la liste s'arrêtait à 1h22, tant pis je consulterai le net plus tard. Je sais juste que nous étions 10 V2F.

Un petit tour dans la salle des récompenses puis je rentre chez moi.


Voilà ce fut une belle course de côtes ! J'en avais encore jamais faite de semblable avec une arrivée en côte. En tout cas heureusement qu'il faisait beau car par temps humide ce doit être une vraie galère ce parcours !

Malgré la difficulté je suis bien contente d'avoir découvert cette Course de la Colline d'Elancourt, bien organisée. Je la referai bien , la grosse chaleur en moins !

 

ésultat : 1h34min16. 156ème sur 170 arrivants. 21ème féminine sur 32. 5ème V2F sur 7. 

 Je n'ai pas encore trouvé les résultats officiels...... 

Liste du classement scratch ici

 




Relevé de mon Polar  
Temps Distance km Vitesse km/h FC Moy / Max
  1h34'18 12,2
  7,8
      181 / 191


Pour voir mon reportage photos, cliquez sur la photo ci-dessous.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Eh ben dis donc!! C'est pas de la rigolade cette course!!! Bravo pour avoir été jusqu'au bout, surtout avec la chaleur!!!
Répondre
S


C'est un bon parcours d'entrainement pour ceux qui habitent tout près


Z
MOI QUI PENSAIT QUE MA BROCANTE ETAIT FATIGUANTE!!!!!!!!JE CROIS QUE TU AS SOUFFERT PLUS QUE MOI:BRAVO SYLVOUNETTE!!!!!!!!!!!
Répondre
V
J'avais zappé ton article ! Je n'ai pas reçu l'avertissement par email, ou plus vraisemblablement, j'ai dû le supprimer par mégarde, je suis tellement envahie de mails ces jours que je trie un peu vite ... Bravo donc pour cette belle course bien difficile ! Tu vas être bientôt une spécialiste des côtes . En plus, ça n'a pas dû être évident avec la chaleur, moi, ça me coupe les jambes !
Répondre